Journée de la femme: une ONG répertorie 8 950 filles de la rue à Kinshasa

Journée de la femme: une ONG répertorie 8 950 filles de la rue à Kinshasa

publié il y a 8 heures, 41 minutes, | Denière mise à jour le 8 mars, 2013 à 12:51 | sous Actualité, Kinshasa, Politique, Santé, Sécurité, Société. Mots clés: , , ,


Des jeunes filles se baignaient sur un caniveau le long de l’avenue des huileries le 6/11/2011 à Kinshasa. Radio Okapi/ Ph. John BompengoDes jeunes filles se baignaient sur un caniveau le long de l’avenue des huileries le 6/11/2011 à Kinshasa. Radio Okapi/ Ph. John Bompengo

Près de 8 950 filles vivent dans la rue à Kinshasa sur un total de 20 341 enfants, soit près de 44%. Le Réseau d’éducateurs des enfants et des jeunes de la rue (REEJER) a publié ces chiffres à la veille de la journée internationale des droits de la femme, célébrée ce 8 mars 2013. Cette ONG indique que les jeunes filles âgées de 10 à 17 ans s’adonnent à la prostitution pour survivre.A Kinshasa, ces filles mineures prostituées sont surtout visibles aux alentours du stade Tata Raphaël et du stade des Martyrs de la Pentecôte. Elles exercent leur activité la nuit et traînent ou dorment autour de ces stades la journée.
La chargée de communication de l’ONG Reejer craint pour leur sécurité.

«Les filles sont victimes d’exploitation sexuelle, de viols, d’esclavage sexuel et de prostitution forcée. Leurs bourreaux sont entre autres, les gangsters, les policiers, les militaires ainsi que les hommes âgés du quartier. Ces filles se prostituent et accouchent trop tôt», affirme Marie-Marguerite Dokaba.

 

Une fille mineure qui passe la nuit autour du stade affirme avoir déjà été la victime des gagnsters.

«Ils sont venus m’arrêter pendant qu’on dormait. Mon copain qui avait tenté de résister a été copieusement tabassé. Ils m’ont amené et ils ont fini par me violer», déclare-t-elle.

Ces violences sexuelles occasionnent des naissances non désirées. Des enfants qui naissent dans la rue.

La Ligue de la zone Afrique pour la défense des droits des enfants, étudiants et élèves (Lizadeel) estime qu’il revient à l’Etat congolais de rééduquer ces enfants.

radiookapi.net

cic

Compteur

mod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_counter
mod_vvisit_counterCette Semaine891
mod_vvisit_counterCe Mois - ci28228
mod_vvisit_counterAu Total2350434


Sur Facebook