Palais de l'Elysée: François Hollande, coqueluche du premier forum des femmes francophones

Par Freddy Mulongo, jeudi 21 mars 2013 à 03:08 :: radio :: #3340 :: rss
Elles y étaient – #FMFF2013
Près de 800 femmes de 77 pays de la francophonie étaient réunies au musée du quai branly pour discuter d’égalité Homme/Femme #FMFF2013

François Hollande s'est taillé un beau succès mercredi devant le premier Forum mondial des femmes francophones reçu à l'Elysée, en évoquant le gouvernement français, désormais majoritairement féminin après le départ de Jérôme Cahuzac. "Il y a aujourd'hui plus de femmes que d'hommes (...) Mais ce n'était pas le but"

A la fin de son allocution, François Hollande s'est retrouvé subitement entouré de dizaines d'admiratrices venues se faire photographier à ses côtés. Avec son gouvernement paritaire, le président est devenu la star des femmes du forum organisé à l'Elysée.

"Le gouvernement est strictement paritaire", a-t-il déclaré avant de se reprendre sur le ton de la plaisanterie: "Non, il ne l'est plus puisque, hélas, un membre nous a présenté sa démission et que nous ne l'avons pas remplacé" numériquement. Cette situation "fait que dans le gouvernement de Jean-Marc Ayrault, il y a aujourd'hui plus de femmes que d'hommes", a enchaîné le président sous les acclamations des participantes au forum. "Mais ce n'était pas le but", a-t-il encore plaisanté sous les rires. A la fin de son allocution, François Hollande s'est retrouvé subitement entouré de dizaines d'admiratrices venues se faire photographier à ses côtés.

La délégation congolaise a parfaitement défendu la cause des femmes violées au Kivu, lors de la réception des participantes au premier Forum mondial des femmes francophones, organisée mercredi 20 mars au Palais de l'Elysée. Plusieurs personnalités congolaises ont participé au premier forum mondial des femmes francophones. Il est bon de rappeler que le mercredi 20 mars, la Francophonie a mis l'accent sur les combats de femmes dans l'espace francophone. 400 d'entre elles, venues de 77 pays, toutes issues de la société civile, se sont retrouvées à Paris au Quai Branly pour parler de leurs expériences, de leurs luttes pour plus d'égalité et pour dire non aux violences qu'elles subissent. Elles ont lancé un appel aux chefs d’État de l'espace francophone pour que "le principe universel des droits des femmes (...) trouve au quotidien sa pleine mise en œuvre".

Freddy Mulongo et le Dr. Denis Mukwege qui répare les femmes violées à l'hôpital de Panzi de Bukavu. Photo Réveil FM

L'idée du Forum est "née de la colère et de l'indignation" de Mme Benguigui, lors de sa première visite en juillet 2012 dans le Nord Kivu en RDC, où "le viol est devenu une arme de destruction massive" contre des "centaines de milliers de femmes, de fillettes, parfois de moins de deux ans, victimes d'une guerre sans images", a-t-elle dit.

Freddy Mulongo et le Dr. Aurore Kinduelo. Photo Réveil FM

"Le viol n'est pas une valeur francophone, l'excision n'est pas une valeur francophone, la lapidation n'est pas une valeur francophone", a-t-elle déclaré.

Les femmes congolaises lors du Forum ont dénoncé dans leur majorité : le silence assassin et l'indifférence qui frise la complicité de la communauté internationale" face au drame qui dure depuis plus de 14 ans en République démocratique du Congo car le viol n'est pas un phénomène culturel congolais mais est bien lié à la guerre d'agression et d'occupation dont la RDC est victime. Pour lutter contre le viol utilisé comme arme de guerre contre les femmes, les congolais n'ont pas besoin de plus de lois. En République démocratique du Congo, la loi n'est pas appliquée. C'est l'impunité totale, institutionnelle et structurelle: les seigneurs de guerre, pillards, violeurs, bandits de grand chemin sont encensés et souvent récompensés avec des postes politiques alors qu'il aurait fallu appliquer la force de la loi pour lutter contre les violences faites aux femmes.

Sans compter le Premier ministre Jean-Marc Ayrault, et après le mini-remaniement de mardi soir, le gouvernement se compose désormais de 19 femmes contre 18 hommes. En juin, le nouvel exécutif socialiste de François Hollande avait été salué, y compris par l'opposition de droite, pour sa composition paritaire (19 hommes, 19 femmes), un fait sans précédent dans la vie politique française. Lors du remaniement mardi, Jérôme Cahuzac a été remplacé par Bernard Cazeneuve (Affaires européennes), lui-même remplacé par Thierry Repentin (Formation professionnelle) mais dont les fonctions ont été confiées à Michel Sapin (Travail), donc sans nouveau ministre nommé.

cic

Compteur

mod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_counter
mod_vvisit_counterCette Semaine2988
mod_vvisit_counterCe Mois - ci8725
mod_vvisit_counterAu Total2725681


Sur Facebook