Revue de presse: Le Rassemblement annonce la fin du Dialogue le 15 décembre / Corneille Nangaa sous pression des Ambassadeurs.

Image result for dialogue congolais
Valentin MUBAKE (délégué de l’UDPS) explicite le bien fondé des points inscrits à l’ordre du jour du nouveau Dialogue
La suite avec d’autres « dialogueurs »

Le Rassemblement annonce la fin des discussions le 15 décembre

La Rédaction,politico.cd , 11 décembre  2016
Dans une conférence de presse organisée ce dimanche 11 décembre à Kinshasa, le Rassemblement a fait savoir sa position sur les discussions directes engagées depuis le 08 décembre dans la capitale congolaise. Pour cette large coalition des opposants dirigée par Etienne Tshisekedi, les discussions sous l’égide de la Conférence épiscopale nationale du Congo (CENCO) « se passent bien ». Dans son document de travail aux discussions directes avec les signataires de l’accord du 18 octobre, sous les bons offices de la CENCO, le Rassemblement exige la primature pendant la période de transition. Le Premier Ministre devrait donc être désigné par ce regroupement politique et, le cas échéant, déchu à son initiative.

Au niveau de l’évolution, le Rassemblement affirme, comme la CENCO, que 6 points ont été retenus  et 3 commissions ont été créées. Renouvelant sa confiance et remerciant les évêques catholiques, le Rassemblement annonce que les travaux prendront fin le 15 décembre prochain. Par ailleurs, le Rassemblement annonce qu’Etienne Tshisekedi s’adressera « à la nation quelques jours avant le 19 décembre », tout appellant la population à « rester vigillant ». « Le Conseil des Sages appelle le peuple congolais à demeurer mobilisé et vigilant pour la cause  nationale défendue par le Rassemblement à savoir la défense de la Constitution et droits de l’homme, le principe de l’alternance politique, la onsolidation de l’Etat de droit et de la democratie en RD CONGO« , dit ce communiqué signé par Etienne Tshisekedi.
http://www.politico.cd/wp-content/uploads/2016/12/CzZoimpWEAAZrN9.jpg

http://www.politico.cd/wp-content/uploads/2016/12/CzZokkBXAAAoRTa.jpg

Lire plus:

Le Rassemblement annonce la fin du Dialogue le 15 décembre / Corneille Nangaa sous pression des Ambassadeurs.
KK
Kadari Mwene Kabyana
lun. 12-12-16 05:33
Boîte de réception
À :
Kadari Mwene Kabyana (kadari.mwenekabyana@gmail.com);
Valentin MUBAKE (délégué de l’UDPS) explicite le bien fondé des points inscrits à l’ordre du jour du nouveau Dialogue
La suite avec d’autres « dialogueurs »

Le Rassemblement annonce la fin des discussions le 15 décembre

La Rédaction,politico.cd , 11 décembre  2016
Dans une conférence de presse organisée ce dimanche 11 décembre à Kinshasa, le Rassemblement a fait savoir sa position sur les discussions directes engagées depuis le 08 décembre dans la capitale congolaise. Pour cette large coalition des opposants dirigée par Etienne Tshisekedi, les discussions sous l’égide de la Conférence épiscopale nationale du Congo (CENCO) « se passent bien ». Dans son document de travail aux discussions directes avec les signataires de l’accord du 18 octobre, sous les bons offices de la CENCO, le Rassemblement exige la primature pendant la période de transition. Le Premier Ministre devrait donc être désigné par ce regroupement politique et, le cas échéant, déchu à son initiative.

Au niveau de l’évolution, le Rassemblement affirme, comme la CENCO, que 6 points ont été retenus  et 3 commissions ont été créées. Renouvelant sa confiance et remerciant les évêques catholiques, le Rassemblement annonce que les travaux prendront fin le 15 décembre prochain. Par ailleurs, le Rassemblement annonce qu’Etienne Tshisekedi s’adressera « à la nation quelques jours avant le 19 décembre », tout appellant la population à « rester vigillant ». « Le Conseil des Sages appelle le peuple congolais à demeurer mobilisé et vigilant pour la cause  nationale défendue par le Rassemblement à savoir la défense de la Constitution et droits de l’homme, le principe de l’alternance politique, la onsolidation de l’Etat de droit et de la democratie en RD CONGO« , dit ce communiqué signé par Etienne Tshisekedi.
http://www.politico.cd/wp-content/uploads/2016/12/CzZoimpWEAAZrN9.jpg
http://www.politico.cd/wp-content/uploads/2016/12/CzZokkBXAAAoRTa.jpg

Lire plus:

Le Rassemblement exige la primature

Actualité.cd, 10 décembre 2016

Dans son document de travail aux discussions directes avec les signataires de l’accord du 18 octobre, sous les bons offices de la CENCO, le Rassemblement exige la primature...

L’examen de ce document de six pages renseigne que le Rassemblement n’évoque pas le départ de Président Kabila du pouvoir après le 19 décembre. Il recommande la gestion consensuelle de la période de transition. Soit le leadership national doit être représentatif des parties présentes aux négociations en cours.
« Le Président actuel en fonction et dont le second et dernier mandat expire le 19 décembre 2016 ne tentera pas d’en briguer un troisième. La durée de la période intérimaire ne peut dépasser 12 mois à dater du 20 décembre 2016.Pendant la période intérimaire, le leadership national doit être représentatif des deux familles politiques parties aux présentes négociations et s’exercer dans l’intérêt du peuple », dit le document.
Aussi, le Rassemblement propose la recomposition totale de la CENI, du CSAC et de la Cour Constitutionnelle. Au sujet du financement des élections, la coalition derrière Tshisekedi et Katumbi sollicite l’implication de la communauté internationale, notamment par le biais de la MONUSCO et du PNUD. Elle recommande également l’audit de la gestion financière de la CENI. Des mesures de décrispation, le Rassemblement exige la libération de tous les prisonniers politique, et la cessation des poursuites judiciaires contre certains acteurs politiques, à l’intérieur comme à l’extérieur du pays, indique le document. Stanys Bujakera
Images intégrées 1
L’UDPS à la base du départ du MLC du Dialogue de la CENCO?
Politico.cd, 9 décembre 2016
Le parti de Jean-Pierre Bemba a claqué la porté des discussions directes de la CENCO ce vendredi à Kinshasa. Des sources concordantes, le Rassemblement, plus précisément l'UDPS serait à la base de cette sortie.  Fidèle Babala, qui représente avec Evè Bazaïba, les seuls deux membres du MLC accrédités aux discussions directes sous l’égide de la CENCO à  Kinshasa, a confirmé le départ de son parti cet après-midi, au deuxième jour des pourparlers. « Nous nous sommes retirés, je peux vous le confirmer. Et nous allons communiquer nos raisons dans les heures qui viennent« , a dit le député Babala.
Des sources concordantes, le MLC s’est retiré à la suite du refus de majoration de son quota de participants. L’Union pour la Démocratie et le Progrès Social (UDPS) s’était taillée la part du lion dans la liste des participants à ce Dialogue de la conférence épiscopale nationale du Congo (CENCO). Dès hier soir, des voix se sont levées du côté des autres opposants pour réclamer plus d’équilibre.
Le Groupe de 7, ainsi que la Dynamique de l’Opposition qui furent les premiers à monté au crénau ont obtenu gain de cause avec l’arrivée respective d’Olivier Kamitatu et de Martin Fayulu dans l’équipe.  Le MLC de Jean-Pierre Bemba n’ayant guère obtenu de majoration. Dans la foulée, la composition de la délégation de l’opposition se présente de manière suivante :
· G7: Lutundula Apala, Olivier Kamitatu Etsu et Didier Molisho.
· Dynamique de l’Opposition:Martin Fayulu et Joseph Olenghankoy sont désignés pour représenter leurs pairs.
· MLC: Evè Bazaiba, Fidèle Babala
· Alternance pour la République( AR): Delly Sessanga
· Alliés UDPS: Lisanga Bonganga
· Société civile: Georges Kapiamba et Christopher Ngoy
Le parti de Jean-Pierre Bemba qui dirige également le Front pour le Respect de la Constitution, une coalition des partis et organisations de Société civile qui militent pour le départ du président Kabila à la fin de son mandat, le  19 décembre prochain, n’aurait donc pas apprécié ce refus de la parti de l’UDPS, qui fixe visiblement les listes des opposants. Joint au téléphone par Politico.cd, Jean-Marc Kabund,  Secrétaire général de l’UDPS s’est réfusé « tout commentaire ».
Le Dialogue suspendu jusque mardi, mais va s’arrêter « avant le 19 décembre »
9 décembre 2016
Les organisateurs des discussions directes de la CENCO ont annoncé la suspension des travaux jusque mardi prochain. Selon l’Abbé Donatien Nshole Babul, le Porte-parole de la CENCO, trois commissions ont été créées pour travailler sur divers sujets et la plénière ne reprendra que le mardi prochain. Il affirme toutefois que l’engagement a été pris pour que le Dialogue s’achève « avant le 19 décembre ».
Ces commissions vont discuter de :
· Constitution : Compréhension du concept du respect de la Constitution et de ses implications en rapport avec la crise actuelle.
· Processus électoral : séquence, calendrier, financement des élections, indépendances de la CENI et du CSAC.
· Fonctionnement des institutions pendant la transition
· Mécanisme de suivi de l’accord politique.
· Forme du compromis politique à trouver
En outre, l’Abbé Shole affirme que les accords qui vont sortir de ces discussions ne remettront pas en cause ceux de la Cité de l’Union Africaine,  18 octobre dernierConcernant le départ du Mouvement de Libération du Congo (MLC), l’Abbé Donatien Nshole affirme que le Secrétariat général de la CENCO va se pencher sur la question.
Avant le 19 décembre 2016. RDC : Etienne Tshisekedi va parler !
La Prospérité,  12/12/2016
A l’issue de la série de  discussions directes ouvertes,  jeudi 8 décembre, au Centre Interdiocésain entre la Majorité Présidentielle élargie aux Opposants et à la Société civile pro-dialogue, et, le Rassemblement des Forces Politiques et Sociales Acquises au changement couplé au Front pour le Respect de la Constitution,  sous les auspices de la CENCO, Etienne Tshisekedi wa Mulumba annonce un important message à la nation. Logiquement, il en  tirera les conséquences et donnera, certainement, une nouvelle orientation à suivre, conformément à la feuille de route consensuelle  dont l’annonce sera confirmée, jeudi 15 décembre, à la fin  de ces  pourparlers de haute portée politique.
Déjà, dans un communiqué, au nom du Conseil des Sages du Rassemblement, Etienne Tshisekedi qui, au passage, félicite la CENCO pour la médiation,  parle de plusieurs avancées dans la conduite  des choses. D’abord, la validation des mandats de 30 délégués dont 15 pour les signataires de l’Accord de la Cité de l’Union Africaine et 15 pour les non-signataires. Puis, l’adoption du code de bonne conduite ainsi que de l’ordre du jour, avec  six points de divergences majeures sur le concept ‘’Respect de la Constitution’’ et de ses  implications sur la crise politique actuelle ;  le processus électoral avec des questions essentiellement axées sur la séquence, le calendrier et le mode de financement des élections, sans oublier, bien sûr,  l’affaire de l’impartialité de la CENI et du CSAC.
Tshisekedi wa Mulumba, dans ce même communiqué, retient qu’outre les matières attachées   au processus électoral, il est prévu, lors de ces discussions directes, d’aborder les aspects fondamentaux de la crise, tels que le fonctionnement des institutions pendant la transition, les mesures de décrispation politique, le mécanisme de suivi et la forme du  nouveau compromis politique à conclure, pour éviter, évidemment, un nouvel océan de sang en RDC, lors du dernier virage du mandat présidentiel aux abords du 19 décembre 2016.
Sûr de lui, Tshisekedi  note également  dans le même registre de bons signaux, le fait, pour les délégués, d’avoir regroupé toutes ces matières en trois commissions thématiques chargées respectivement, de la gouvernance institutionnelle, du processus électoral et de la décrispation politique avec, en plus, une commission spéciale dont la mission consistera à concevoir et proposer un texte final du compromis politique à trouver, pour sortir, une fois pour toutes, le pays de toutes les affres dues au  brasier populaire face à la turpitude des armes de la soldatesque du pouvoir.  En attendant la clôture des travaux qui intervient, si tout va bien, le jeudi 15 décembre 2016, Tshisekedi recommande la vigilance à tous et promet, par ailleurs, de s’y prononcer avant le 19 décembre 2016.
Retransmission radiotélévisée  des débats
Pour des raisons de transparence, il exige, en outre,  la retransmission en direct de la Radiotélévision Nationale, des débats pour que l’opinion tant nationale qu’internationale en soit pleinement informée. A son avis, le Rassemblement s’en tient, mordicus,  au calendrier initialement  annoncé par la CENCO, pour éviter de tirer inutilement les choses en longueur.
Au finish, qu’attend-on ?
Rien qu’à voir les accents de ce communiqué du Rassemblement, il y a lieu d’imaginer que la transition sera pacifique et que  la gestion du pays sera consensuelle jusqu’à l’organisation des élections libres, transparentes et démocratiques. Sans doute que  Joseph Kabila restera en fonction jusqu’à l’installation effective d’un nouveau Président élu, alors que les non-signataires de l’Accord Politique de la Cité de l’Union Africaine, chercheront à s’emparer de la Primature, celle-là même qui avait été déjà confiée à Samy Badibanga, depuis sa nomination,  le 17 novembre 2016. La durée de la transition sera raccourcie, la séquence sera assouplie et le mode de financement des élections sera élargi aux financements extérieurs. Dans la foulée, une recommandation portant   mesures de décrispation, y compris des renonciations à certaines poursuites judiciaires, seront annoncées, pour détendre l’atmosphère politique en RD. Congo. L’affaire de dédoublement des partis politiques et des tracasseries fiscales, policières, administratives contre les opposants n’en demeure pas moins qu’elle soit, cette fois-ci, minutieusement élucidée. On s’achemine-là, lentement mais  sûrement,  vers la fin d’une ère d’été, avec son éternelle  canicule dont les effets tragiques et hideux  ont été bien ressentis en RDC, lors des événements du 19 au 20 septembre 2016.
Ni vainqueur, ni vaincu
Tout le mérite reviendra à la maturité de la classe politique et, surtout, au fait que Kabila, en dépit de l’article 70 alinéa 2 de la Constitution, de l’Accord politique et  de l’Arrêt de la Cour Constitutionnelle, ait compris qu’il fallait, à tout prix, se surpasser, même s’il court-circuitait ses propres ouailles de la Majorité, pour négocier et fumer, au-delà de tout,  le calumet de la paix avec Etienne Tshisekedi et les durs des durs opposants   constellés au sein  du Rassemblement. LPM
Déblocage du processus électoral. RDC : Corneille Nangaa sous pression des Ambassadeurs
Réunion de haut niveau du Comité de partenariat ce vendredi 09 décembre 2016 au siège de la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI) entre  les Ambassadeurs et Chefs des Missions diplomatiques accrédités en République Démocratique du Congo et les membres du Bureau de la CENI, sous la coprésidence de M.  Corneille NANGAA YOBELUO, Président de la CENI et de Mme PRIYA GAJRAJ, Directrice pays du PNUD assurant l’intérim du représentant résident.
Dans sa communication, Corneille NANGAA YOBELUO, Président de la Commission Electorale Nationale Indépendante a présenté l’état des lieux du processus électoral en cours. Un accent particulier a été mis sur la clôture définitive de l’opération d’enrôlement des électeurs dans la province pilote du Nord Ubangi. Lancée le 31 juillet dernier à Gbadolite, la Révision du Fichier Electoral  s’est clôturée avec 803.986 électeurs enrôlés sur les 835.418 attendus, soit un taux de réalisation de 96%.  Il s’agit,  ici,  de  données brutes en cours de traitement. Pour Corneille NANGAA, ce sont des statistiques encourageantes  issues de la ville de Gbadolite et des 4 territoires de cette province, notamment YAKOMA, BUSINGA, BOSOBOLO et Mobayi Mbongo. En termes du genre, 45% de femmes et 54% d’hommes ont obtenu la nouvelle carte d’électeur. La CENI se réjouit de cette évolution. Mais,  elle veille, avec l’appui des autres parties prenantes, à améliorer la participation de femmes dans les autres provinces. Le coût total de cette opération au Nord-Ubangi s’élève à plus au moins 13 millions de dollars Américains.
Corneille NANGAA salue l’appui logistique du Gouvernement de la République et des partenaires internationauxLe Président de la CENI a saisi cette opportunité pour annoncer aux partenaires qu’après la cascade de formation qui se poursuit dans les chefs-lieux des provinces ainsi que le déploiement de différents matériels  en cours avec  l’appui logistique du Gouvernement de la République et de la MONUSCO. L’appui du Gouvernement se traduit en termes de 4 avions cargo, 50 camions de 7 à 12 tonnes,  107 pickups ainsi que 70 hors-bords qui sont attendus et celui des  partenaires internationaux à travers l’assistance technique avec 54 experts  internationaux  (MONUSCO, PNUD et UE) qui travaillent en équipe intégrée et en synergie avec les experts de la CENI. Ce chiffre va arriver à 170 experts dans les mois qui viennent.  L’appui logistique de la communauté Internationale  est actuellement de l’ordre de  2 gros porteurs Iliouchine, 2 Lockheed Martin Hercules puis 16 Hélicoptères en mouvement du côté ouest du pays. Un soutien déterminant dans le processus électoral, a reconnu le Président de la Commission Electorale Nationale Indépendante. Le Président de la CENI a salué l’arrivée de M.  Simon-Pierre NANITELAMIO, nouveau Directeur par intérim de la Division électorale de la MONUSCO.
Annonce du lancement de l’enrôlement dans 12 provinces
Poursuivant sa communication, Corneille NANGAA YOBELUO a annoncé aux participants le lancement effectif de l’enrôlement des électeurs, dans l’intervalle du 12 au 15 décembre 2016,  dans 12 provinces des Aires opérationnelles 1 et 2, à savoir,  Sud-Ubangi, Tshuapa, Mongala, Equateur, Haut Lomami, Haut Katanga, Lualaba, Tanganyika, Nord-Kivu, Sud-Kivu, Maniema et Ituri. Devant ces partenaires, Corneille NANGAA a annoncé la participation de la CENI aux discutions sur les enjeux de l’heure qui se tiennent sous la houlette de la Conférence Episcopale Nationale du Congo (CENCO), vu que la matière à débattre est essentiellement électorale.
S’agissant du calendrier électoral, Corneille NANGAA a précisé que : «conformément à l’article 211 de la Constitution  et à l’article 9 point 5 de la loi organique, la CENI est la seule institution compétente pour publier le calendrier et elle le fait en toute indépendance. Depuis la semaine passée, la CENI, avec l’appui de l’équipe intégrée, travaille sur le calendrier. Ce calendrier est techniquement prêt, au regard des repères donnés par l’accord politique issu du dialogue. La CENI, dans ses prérogatives, conformément à l’article 25 point 12 de la loi organique, initie les consultations avec les parties prenantes pour requérir les avis et considérations des uns et des autres avant sa publication dans les jours qui viennent », a-t-il martelé. Une occasion également,  pour M.  Dominique ADJAHOUINOU, Chef de l’Unité électorale de la MONUSCO, d’évoquer les différentes rotations assurées par la MONUSCO vers les Hubs et les Antennes.
Pour sa part, M.  Alain AYADOKOUN, Conseiller Technique Principal du Projet PACEC de préciser l’accompagnement du PNUD à travers l’appui à la modernisation du système informatique de la CENI en vue de faciliter le stockage des données du fichier  électoral et dans l’amélioration du système de téléphonie de la CENI. Le PNUD appuie également  la mise en place du Centre d’Informations Electorales (CIEL), qui a pour objectif de donner des informations électorales  aux journalistes et d’accompagner le plan médias de la CENI.
Au sortir de cette réunion de plus d’une heure, le Rapporteur de la CENI, Jean-Pierre KALAMBA a affirmé devant la presse que son institution est résolument engagée à organiser les élections. La CENI y travaille d’arrache-pied  pour réussir ces  défis.
De son côté, Mme la Représentante Résident du PNUD, au nom des partenaires internationaux, a promis de soutenir davantage le processus électoral tant du sur le plan logistique que financier.
Pour rappel, le Comité de partenariat est un cadre qui réunit mensuellement la CENI, le Gouvernement de la République et les partenaires internationaux autour du financement et de l’assistance technique et logistique du processus électoral. Ce comité, co-présidé par le Président de la CENI et le Représentant résident du PNUD en République Démocratique du Congo, est composé de membres du Gouvernement, de la CENI et de l’ensemble des partenaires techniques et financiers qui contribuent au financement du fonds commun géré par le PNUD à travers le projet PACEC. Il est appuyé par un Comité technique, structure de coordination de l’appui de la communauté internationale au processus électoral.
Au-delà du financement et de l’assistance technique au processus électoral congolais,  les réunions du Comité de partenariat visent un échange d’informations utiles sur le processus électoral avec les partenaires. (Avec la CENI)
Nouvelle escalade dans la vente de Tenke Fungurume Mining
Politico.cd, 9 décembre 2016
Tenke Fungurume Mining conteste la décision du Tribunal de commerce de Lubumbashi qui a décidé de remplacer la direction de TFM par un administrateur provisoire. La société entend utiliser tous les recours et moyens légaux pour faire valoir ses droits, dans l’intérêt à la fois de ses actionnaires et de toutes les autres parties prenantes. «TFM considère que la procédure a été entachée d’irrégularités et a saisi l’Inspecteur Général des Services Judiciaires et Pénitentiaires, lequel a suspendu l’exécution de l’Ordonnance du Tribunal de Commerce de Lubumbashi », selon un communiqué. Aucun Administrateur Provisoire n’a donc pu régulièrement prendre ses fonctions.
Le Conseil d’Administration et la direction de TFM  continuent donc à « assumer pleinement leurs responsabilités dans l’intérêt de leurs différentes parties prenantes et à exercer leurs responsabilités pour la conduite de toutes les activités minières. La récente cession de TFM à une entreprise chinoise, China Molybdenum pour 2,65 milliards de dollars (2,3 milliards d’euros) par l’américaine Freeport-McMoRan, actionnaire majoritaire, est à l’origine de la décision du tribunal. Les autorités congolaises et la Gécamines, actionnaire étatique à 20 à 20% de TFM contestent la revente.
Première mine de cuivre de la République démocratique du Congo, TFM abrite le complexe de cuivre et de cobalt le plus moderne du pays. En 2015, le site a produit 204 000 tonnes de cuivre et 16 000 tonnes de cobalt. Il s’agit donc d’un actif de premier plan pour la région et pour l’ensemble de la République démocratique du Congo. Avec AFP.
Distribué par:
Mwalimu Kadari M. Mwene-Kabyana, Ph.D.
Montréal (Québec), Canada
Tél. (001) 438-994-6072

.
.

cic

Compteur

mod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_counter
mod_vvisit_counterCette Semaine827
mod_vvisit_counterCe Mois - ci28164
mod_vvisit_counterAu Total2350371


Sur Facebook