CCE : E. Tshisekedi a servi avec clairvoyance, sincérité, honnêteté et passion

 

Image result for e.tshisekedi

LB
Lwakale Mubengay BAFWA
|
dim. 19-02, 23:10

 

IN MEMORIAM

ETIENNE TSHISEKEDI WA MULUMBA

Etienne Tshisekedi wa Mulumba, president de l’Union pour la democratie et le progres social et president du comite des sages du Rassemblement des forces politiques et sociales acquises au changement, est decede a Bruxelles le mercredi 1er fevrier 2017 dans la soiree, dans sa 85e annee. En provenance du Congo, il s’y etait recemment rendu aupres de ses medecins pour y subir un controle medical de routine. La mort l’arrache ainsi, a un moment inattendu, a l’affection de sa famille biologique et politique, de ses amis et admirateurs, de tout le peuple congolais qui avaient encore tant besoin de lui. Elle vient mettre un terme a une vie bien remplie ou le service des hommes et du pays a tenu une tres large part.

La Convention des Congolais de l’Etranger et, au-dela, la communaute diasporique congolaise tout entiere, et tout le peuple congolais perdent en lui un homme politique qui avait ete l’un des temoins les plus actifs de la vie politique nationale depuis l’accession de notre pays a l’independance et l’une des figures les plus remarquables du combat courageux pour la democratisation du Congo, combat dont l’elan, comme on le sait, avait ete stoppe par les avatars de la longue dictature de 32 ans de Joseph-Desire Mobutu, entre 1965 et 1997, et par tout ce qui a suivi apres. Cette perte incalculable est d’autant plus navrante qu’elle nous laisse sur un gout amer face au travail inacheve : elle est ressentie comme une injustice du destin, qui nous arrache l’homme de la situation au mauvais moment, alors que le navire Congo se trouve en pleine tempete, sans que l’issue soit connue, laquelle issue, mettant nos nerfs a rude epreuve, peut faire que nos lendemains seront peut-etre des lendemains qui ne chantent pas.

Ne dans le Kasai profond, a Kananga, chef-lieu de l’actuelle Province du Kasai central, le 14 decembre 1932, Etienne Tshisekedi wa Mulumba etait le tout premier docteur en droit sorti de la jeuneUniversite Lovanium de Leopoldville, que l’Eglise catholique belge venait de creer au Congo sur le modele de l’Universite catholique de Louvain, pour favoriser et accelerer l’emancipation du Congo, dans la suite logique de ce qu’on a appele a l’epoque le « Plan Van Bilsen ». Comme la plupart des gens de sa generation, il avait commence sa carriere tres jeune, dans un Congo nouvellement independant et cruellement en mal de cadres pour faire fonctionner l’Etat, sous l’epaule de son mentor Albert Kalonji Ditunga qui lui avait mis le pied a l’etrier. A part un court moment passe dans l’administration – entre 1961 et 1965, en tant que Recteur de l’Ecole nationale de droit et d’administration (ENDA), creee justement pour pallier au manque de cadres administratifs, a l’inspection des finances et au conseil d’administration d’Air zaire –, le plus clair de cette longue carriere l’a ete comme homme politique et homme d’Etat. Il fut tour a tour membre du college des Commissaires generaux, ministre, ministre d’Etat, ambassadeur, depute, vice-president du Parlement, Premier ministre, cofondateur de l’UDPS, president de l’UDPS, president du comite des sages du Rassemblement.

Ayant ainsi ete au coeur de la vie publique congolaise dans toutes ses dimensions, il avait une connaissance intime du fonctionnement de nos institutions, c’est-a-dire en realite leur dysfonctionnement tout court. Cette riche experience avait affermi en lui la conviction, une fois pour toutes, qu’un Etat en construction, qui se veut moderne, doit etre au service de la nation, et que seul un Etat reellement democratique est a meme de reussir le pari qui consiste a realiser le progres social pour tous ses sujets. C’est ce qui explique, entre autres, qu’en decembre 1980, le jour de la Saint-Sylvestre, a l’apogee meme de la dictature de Mobutu, il fut l’un des ceux qui, avec courage et honnetete, ont  adresse une lettre ouverte a celui-ci, la Lettre des 13 parlementaires, qui denoncait les derives de la mauvaise gouvernance et de la politisation outranciere des institutions aux fins de servir les interets d’un homme et d’un clan, celui de ceux qui exercent le pouvoir.

Ni les intimidations, ni les emprisonnements, ni les tortures, ni les humiliations et autres sevices divers subis a cause de cette lettre ouverte, ni les coups fourres recus, ni les couleuvres avalees, n’avaient jamais reussi a faire devier Etienne Tshisekedi du chemin de la recherche de la justice sociale qu’il s’etait trace en politique desormais plus que jamais, contrairement au comportement de plusieurs de ses compagnons de lutte. Dans les milieux politiques congolais habitues aux retournements de veste constants comme « atouts » garantissant les chances de la carriere et de l’ascension dans la carriere, ce sont le courage, l’abnegation, l’incorruptibilite, la constance dans la probite comme vertus de la personnalite de l’illustre disparu, vertus contraires a la culture ambiante, qui lui ont fait gagner dans le coeur du peuple congolais ses galons d’homme d’Etat incontournable pour le destin du pays, en qui le meme peuple devait desormais, pendant plusieurs decennies, placer son espoir pour rompre definitivement avec les affres de la dictature. En plus de la confiance populaire dont il beneficiait, ce sont ses memes qualites morales mises au service de la bonne cause qui feront d’Etienne Tshisekedi, jusqu’a sa mort, le chef inconteste et incontestable de l’UDPS depuis sa creation le 15 fevrier 1982, a l’exception de l’ephemere periode ou le parti fut dirige par un directoire compose de Vincent Mbwankiem Niaroliem, Marcel Lihau Ebua, Frederic Kibassa Maliba et Etienne Tshisekedi lui-meme. Car on conviendra volontiers que toute vraie autorite s’acquiert par l’exemplarite. Dans ce metier difficile qu’est la politique parce qu’elle consiste a se frotter aux ego de tous ses pairs, son aura etait grande. Elle etait tellement grande qu’il etait le seul homme du microcosme politique congolais capable de deplacer des marees humaines, de recevoir l’accueil des foules immenses pouvant facilement se chiffrer a des dizaines – voire des centaines – de milliers de personnes.

Etienne Tshisekedi n’aura pas eu la vie facile. Celui qui nous a quittes aujourd’hui n’a jamais laisse personne indifferent. Il a ete sa vie durant l’objet d’attaques virulentes, y compris au-dessous de la ceinture, notoirement injustes, parce qu’il etait d’un sacre courage tant en politique que sur le plan personnel, parce qu’il a ete jusqu’au bout l’ennemi jure de la langue de bois, de la compromission, lui qui, pourtant, ne s’exprimait pas beaucoup, parce que c’etait un homme qu’aucune adversite n’a jamais reussi a flechir, qu’aucune intimidation n’a jamais reduit au silence, qu’aucune trahison n’est jamais parvenue a abattre. Il fallait un homme de cette trempe dans notre classe politique pour tenir le gouvernail de l’opposition et dresser le cap afin d’affronter les evenements hostiles a la bonne marche du pays qui ont marque notre histoire politique au cours de la seconde moitie du siecle dernier et de la premiere decennie de ce siecle.

Dans le marasme politico-mediatique congolais, cet homme taiseux se souciait de ne pas demonetiser la parole, il entendait lui restituer tout son sens, surtout en politique, si bien que, quand il parlait, il etait cru parce que les Congolais le trouvaient simplement credible. Et il ne parlait aux Congolais que quand il sentait qu’il avait vraiment quelque chose a leur dire. Il ne faisait pas de la « communication » politicienne. Ce souci du respect de la parole s’enracinait chez lui dans l’idee meme qu’il se faisait de sa valeur : la parole doit etre liberatrice et concourir a l’efficacite de l’action. Il ne repondait jamais a ses detracteurs parce qu’il estimait que les repliques aux attaques etaient du temps perdu, et que son energie ne pouvait etre utilisee a bon escient que si elle etait mise a contribution de tout ce qui etait de nature a faire avancer la cause du Congo.

Mais, selon son entourage, celui que le destin avait ainsi prepare a l’epreuve, que l’amertume n’effleurait pas, restait pourtant un homme profondement sensible et tres humain. Il rayonnait d’une paix interieure qu’il savait faire partager autour de lui. Grand travailleur, mais jamais tendu, toujours a la tache au cours d’une journee, il etait pourtant toujours disponible. Il savait mettre a l’aise ceux qui l’approchaient et apparaissait avant tout comme un homme de relations, partageant les soucis ou les epreuves de ceux-ci avec une emouvante delicatesse. Il etait aimable avec chacun. Meme s’il pouvait de temps a autre s’impatienter, il ne manifestait jamais une quelconque amertume. Fidele en amitie et sensible aux marques de sympathie et  d’affection, cet homme savait quelquefois se montrer intransigeant dans les negociations avec ses pairs, quand il considerait que l’interet du peuple etait en jeu. Simple, detache, il etait rayonnant de joie de vivre, mais savait attacher de l’importance au silence qui nourrit la reflexion. Presentant des facettes d’une personnalite complexe et meme contrastee, faut-il le dire, il etait pourtant, de l’avis de son entourage, uniformement egal a lui-meme. Ceux qui l’ont bien connu garderont precieusement en leur memoire un des aspects de cette riche personnalite qui s’est refletee differemment, comme une meme image en de multiples miroirs, chez ceux qui l’ont connu dans telle ou telle circonstance, telle ou telle tache de sa vie de service.

Comme on l’a remarque recemment, son sens legendaire du service, sa conception elevee du devoir, surtout quand il s’agissait de l’interet superieur du pays, l’avait pousse a ne menager aucun effort, une fois qu’il etait sollicite, pour organiser autour de lui en une plateforme denommee « Rassemblement », une tres large partie de l’opposition politique jusque-la eclatee en plusieurs chapelles, afin de contribuer a la solution de l’impasse electorale que connait le pays. Et ceci s’est fait au detriment de sa sante, qui etait deja fragilisee, comme on le sait, par les tortures repetees subies sous la dictature mobutiste. Serviteur fidele, en toutes circonstances, telle etait sans doute la trame de fond qui assura la solidite d’une existence ou s’imprimerent joies et peines sans que nul fil ne se rompit.

« Le Sphinx de Limete », craint par les puissants, adule par les laisses-pour-compte qui l’affublaient toujours d’un « Ya Tshitshi » affectueux, mais respecte par tous, Etienne Tshisekedi, n’est plus la aujourd’hui. Il est alle rejoindre le monde des ancetres. Paix a son ame ! Il va nous manquer. Il aura marque de facon decisive l’histoire du Congo. Les Congolais reconnaissent unanimement aujourd’hui en Etienne Tshisekedi le « Pere du processus de democratisation » au Congo. Il appartiendra desormais aux historiens et aux autres  chercheurs de restituer en toute objectivite la valeur exceptionnelle de cet homme. C’est dans la reconnaissance et l’admiration que nous pensons a lui. Le temoignage qu’i nous laisse d’une vie au service d’une cause, la promotion de la « democratie » et du « progres social » au Congo, reste fructueux pour toujours. Il l’est d’autant plus qu’il reste exemplaire pour tous les Congolais par les temps qui courent. Mediter les exemples de l’homme et de l’homme politique que nous pleurons, c’est deja, pour nous Congolais, devenir meilleurs, c’est deja nous placer dans la perspective d’engagement patriotique pour batir ensemble un Congo a visage humain, un Congo « plus beau qu’avant », comme nous le chantons dans notre Hymne national « Debout Congolais ».

Les croyants sont assures, dans leur foi, qu’au terme d’un chemin de Damas que le Pere eternel,Aeternus Pater, a voulu ecourter, Etienne Tshisekedi wa Mulumba contemple des a present Celui qui lui avait donne cette energie, cette conviction et cette clairvoyance pour se mettre au service du peuple congolais. Ceux qui ont eu l’occasion dans leur vie de l’approcher, ceux surtout qui ont eu le privilege de travailler avec lui, d’etre a ses cotes, ses amis de l’UDPS, du Rassemblement, le pays tout entier lui doivent tous enormement pour tout ce qu’il a effectivement apporte, par son travail politique, par sa vision, a l’oeuvre commune de reconstruction du Congo.

Nous avons conscience de n’avoir pas trouve les mots qui eussent du dire mieux ce que nous ressentons. Car des coeurs en deuil n’ont, helas, pas l’inspiration des coeurs en fete. Etienne Tshisekedi wa Mulumba avait conquis les coeurs et l’attachement de tous ceux qui ne voient pas le Congo autrement qu’uni, acceptant de se reformer constamment, en marche, comme une grande nation, vers un destin glorieux. Le vide qu’il a laisse en partant est plein des semences fecondes que son oeuvre a deposees dans la conscience congolaise. Quand viendra le temps des moissonneurs, souhaitons que justice soit rendue au defricheur qui aura ete le principal artisan du combat, encore et toujours en cours, pour la democratisation du Congo. Puissent ses continuateurs lui rendre l’hommage qu’il merite en restant fideles a son ideal !

Que ceux qui l’ont connu, aime, admire, ceux a qui il put faire quelque bien dans leur vie, rendre quelque service, en communion avec la Convention des Congolais de l’Etranger, prient le Seigneur de lui accorder, dans sa toute-puissante misericorde, la recompense promise aux croyants et aux hommes de bonne volonte qui le servent avec sincerite, honnetete et justice.

Geneve, le 8 fevrier 2017

Convention des Congolais de l’Etranger

CCE

 

CHANGE IN CONGO. L'association Change in Congo/ Nzakomba, en abrégé CIC/NZAKOMBA, plus connue sous la dénomination Change in Congo, est une plate-forme qui regroupe des ressources diverses, Congolaises et autres, à travers le monde pour informer sur les dangereux déséquilibres qui ébranlent la Répub...
CHANGEINCONGO.COM|PAR JOSEPH

cic

Compteur

mod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_counter
mod_vvisit_counterCette Semaine838
mod_vvisit_counterCe Mois - ci28175
mod_vvisit_counterAu Total2350382


Sur Facebook