Revue de presse: RDC : La France met en garde ceux qui « feraient obstacle à une sortie de crise pacifique » /Félix Tshisekedi et Pierre Lumbi prennent les rênes du Rassemblement / Olengakhoy fait de la Résistance

RDC : La France met en garde ceux qui « feraient obstacle à une sortie de crise pacifique »

La France dit s’inquiéter de la multiplication « des foyers de violence sur le territoire de la RDC et rappelle les termes de la déclaration du conseil de sécurité des Nations unies le 24 février, adoptée à son initiative. » « La responsabilité individuelle de ceux qui seraient responsables de graves violations des droits de l’Homme ou qui feraient obstacle à une sortie de crise pacifique et consensuelle pourra être engagée,» a dit ce jeudi 2 mars 2017, Romain Nadal, le porte-parole du Ministère français des Affaires étrangères et du développement international. La situation en RDC fera l’objet de discussions entre ministres européens des affaires étrangères le 6 mars à Bruxelles.
Le Porte-parole du quai d’Orsay a rappelé également « l’urgence » de nommer un Premier ministre issu du Rassemblement. « La France est préoccupée par les retards pris dans la mise en œuvre de l’accord du 31 décembre. Dans sa déclaration du 1er janvier, M. Jean-Marc Ayrault avait appelé les parties à respecter leur parole. C’est le message qu’il a passé à tous les acteurs congolais qu’il a rencontrés. La France souligne l’urgence de la nomination du Premier ministre issu du rassemblement de l’opposition qui doit diriger le gouvernement de la transition. Elle appelle à la mise en oeuvre des mesures de confiance et de détente, notamment la libération des prisonniers politiques, la fin du harcèlement judiciaire des opposants et la liberté des médias»
Par la même occasion, Romain Nadal a une fois de plus apporté son soutien à l’action de la CENCO. « La France réitère son plein soutien à l’action de la conférence épiscopale nationale du Congo. Aucun prétexte de nature politique ou sécuritaire ne saurait justifier une remise en question de ce processus. Il en va de la stabilité de la RDC et de la légitimité des institutions. »
.
Réactions :

    Foutez-nous la paix. Merci !

    Vous avez créé ce merdier et aujourd'hui vous voulez jouer les Zorros juste pour permettre au Plan B de "Kabila" de prendre la main. Vous ne nous empêcherez jamais de stopper vos nègres de service, traîtres du Rassemble et ment !

    NON A SORIANO, ALIAS "KATUMBI" L'HOMME DES TUTSI ET DES COLONS

    NON A FELIX L'USURPATEUR ET FAUSSAIRE DE TESTAMENT ESCLAVE DANS SA TÊTE ET COMPLEXÉ DEVANT SON MAÎTRE BLANC !

    CEUX QUI SE LAISSERONT BERNER PAR CE TANDEM DE COLLABOS SERONT AMÈREMENT JUGÉS SUR L'AUTEL DE LA LIBÉRATION DE KONGO !

    RIDICULES A JAMAIS DEVANT L'HISTOIRE DU CONGO.

    GRRRR !!

    Joseph Mbeka sur Facebook
.
RD Congo : Félix Tshisekedi et Pierre Lumbi prennent les rênes du Rassemblement
Par Jeune Afrique avec AFP , 03 mars 2017

Un mois après le décès d'Étienne Tshisekedi, son fils Félix a été désigné à la tête de l’opposition congolaise, a-t-on appris vendredi. Avec Pierre Lumbi, nommé président du comité des sages du Rassemblement, il aura pour tâche de relancer les discussions sur l’application de l’accord de cogestion signé avec le pouvoir. « La restructuration s’est opérée, les neuf plates-formes qui composent le Rassemblement ont désigné Félix Tshisekedi comme président du Rassemblement et Pierre Lumbi comme président du comité des sages », a déclaré à l’AFP le député d’opposition Delly Sesanga.
Des ambitions « offusquées »
« Le président du Rassemblement représente et engage la coalition auprès des tiers alors que le président du comité des sages assumera, dans le cadre de la mise en application de l’accord du 31 décembre, les fonctions de président du Conseil national de suivi de l’accord (CNSA) »qu’occupait Étienne Tshisekedi avant son décès, a expliqué Delly Sesanga. « Certaines ambitions sont offusquées », a reconnu Sesanga, faisant allusion à trois responsables de petits partis du Rassemblement qui, n’ayant pas accepté cette restructuration, ont quitté la réunion.
À l’Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS), le parti-phare du Rassemblement, un responsable a déclaré à l’AFP sous le couvert de l’anonymat que « cette restructuration est la conséquence de la naïveté et du manque d’expérience politique de Félix Tshisekedi », sans toutefois la remettre en cause.
L’accord du 31 décembre en suspens
Les tergiversations qui ont suivi la mort d’Étienne Tshisekedi le 1er février à Bruxelles ont bloqué l’application de l’accord de cogestion conclu le 31 décembre sous l’égide de l’épiscopat de la RDC entre le pouvoir et l’opposition. Un accord censé mettre un terme à la crise politique qui a suivi la décision du président Joseph Kabila de se maintenir au pouvoir, à qui la Constitution interdit de se représenter.
Pour débloquer les discussions, Joseph Kabila, par l’intermédiaire des évêques catholiques, a demandé au Rassemblement de choisir un remplaçant à Étienne Tshisekedi, qui devra lui présenter ensuite trois candidats pour le poste de Premier ministre, fonction qui revient à l’opposition dans le cadre de l’accord.
Conseiller spécial en matière de sécurité de Kabila (2011-2015), Pierre Lumbi est l’un des sept frondeurs du Groupe de sept partis (G7) qui avaient quitté la majorité en septembre 2015 pour dénoncer les manœuvres du chef de l’État destinées à s’accrocher au pouvoir.
À lire aussi
Désignation de nouveaux dirigeants du Rassemblement : La CENCO s’en réjouit !
Stany Bujakera , 3 mars 2017
La CENCO espère que la désignation par le Rassemblement de son Président (Félix Tshisekedi) et de son président du Conseil des sages (Pierre Lumbi) fera avancer les discussions sur l’arrangement particulier. « Nous sommes très contents. C’est une bonne chose. Nous attendons être saisi officiellement pour donner une position quant à la suite du processus, » a brièvement déclaré au téléphone de ACTUALITE.CD, l’Abbé Donatien N’shole, Secrétaire de la Conférence épiscopale nationale du Congo.
La désignation du Président du conseil des sages du Rassemblement était très attendue par les évêques qui espèrent trouver à la Mp un interlocuteur  qui doit engager l’opposition dans la suite des discussions après la disparition du leader du Rassemblement Etienne Tshisekedi. Certains cadres de la Majorité présidentielle estime que bien qu’élu par le Rassemblement au poste de Président du Conseil des sages, Pierre Lumbi ne devrait pas être directement investi président du Conseil national du suivi de l’accord (CNSA). Pour eux, cette question devrait faire l’objet d’un nouveau consensus avec toutes les parties. Stanys Bujakera
L’étrange escalade entre Mubake, Lisanga, Lumbi et Tshisekedi chez les évêques
politico.cd 4 mars 2017
Le camp de contestataires de Félix Tshiskedi et Pierre Numbi s'est incrusté hier à la rencontre entre les nouveaux dirigeants du Rassemblement et la CENCO, occasionnant une vive escalade verbale. Félix Tshisekedi et Pierre Lumbi, en tête d’une forte délégation ont été reçu hier dans la soirée par les évêques de la CENCO pour présenter la nouvelle direction du Rassemblement à l’issue d’une désignation qui fait désormais polémique. Et, comme on pouvait s’y attendre, le camp des contestataires sous la houlette du député Jean-Pierre Lisanga et l’inoxydable Valentin Mubake ont pu rejoindre la troupe, comme pour montrer aux évêques, si besoin était, la crise qui gangrène le Rassemblement.
« Félix Tshisekedi peut diriger le Rassemblement mais pas [Pierre] Lumbi. Les choses doivent être claires« , a lancé le député Lisabanga au sortir de cette rencontre, haussant le ton pour dénoncer celui qu’il qualifie de « Kabiliste », Pierre Lumbi, le nouveau président contesté du Conseil des sages.
Dans une ambiance de règlement de compte à la OK Corral , Valentin Mubake a de son côté enfoncé le clou en direction d’un Pierre Lumbi de marbre, lui rappelant que ce poste [du président du Conseil des sages] revenait à l’Union pour la démocratie et le Progrès Social (UDPS). Dans la foulée, le cadre de l’UDPS a même tenté d’empêcher à Félix Tshisekedi de parler à la presse. « Les évêques nous ont interdit de parler à la presse« , a-t-il lancé en vain.
Joseph Olenghankoy désigné président du conseil des sages par d’autres ténors du Rassemblement
Radio Okapi, vendredi, 03/03/2017

 

 

.

cic

Compteur

mod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_counter
mod_vvisit_counterCette Semaine7463
mod_vvisit_counterCe Mois - ci26620
mod_vvisit_counterAu Total1405855


Sur Facebook