11.11.11 demande la suspension de la coopération militaire avec la RDC

 


La grosse hypocrisie. D'autant plus que ce sont des soldats tutsi rwandais déguisés en FARDC avec deux ou trois écervelés pour faire illusion comme toujours.

Abject

 

IL FAUT MAINTENIR AU CONGO L'IMAGE D'UN PAYS EN GUERRE PERPÉTUELLE: KIVU,, BAS-CONGO, KASAÏ, BA KATA KATANGA, ETC., POUR UN JOUR EN ANNONCER LA BALKANISATION LOGIQUE. CE SONT CEUX QUI DANS LEURS BUREAUX EN OCCIDENT DÉCIDENT DE CES PROGRAMMES GÉNOCIDAIRES QU'IL FAUT DÉBUSQUER ET METTRE HORS D'ÉTAT DE NUIRE DANS LE CADRE DE LA LÉGITIME DÉFENSE SI LA JUSTICE DES HOMMES N'Y PARVIENT PAS !

La Rédaction CICNews

 

11.11.11 demande la suspension de la coopération militaire avec la RDC
11.
.
.
.
RTBF avec Belga
Publié le jeudi 16 mars 2017 à 14h58
    • Facebook Twitter Plus20

La coupole d'ONG flamandes 11.11.11, le pendant au nord du Centre national de Coopération au Développement (ou CNCD-11.11.11), a réclamé du gouvernement la suspension de la coopération militaire avec la République démocratique du Congo (RDC) dans l'attente d'éclaircissements sur le rôle de l'armée congolaise dans les violences qui se déroulent dans le centre du pays.

"A tout le moins, toute forme de coopération (militaire avec la RDC) doit s'accompagner d'un processus exhaustif d'informations qui empêche que les auteurs de violations des droits de l'homme participent aux formations soutenues par la Belgique", a indiqué 11.11.11 mercredi dans un communiqué.

Il est essentiel que la lutte contre l'impunité soit centrale

"Dans le contexte actuel, il est aussi essentiel que la lutte contre l'impunité soit centrale dans toute forme de coopération avec l'armée gouvernementale congolaise", ajoute le texte.

Parties de Kananga, chef-lieu du Kasaï-central (centre de la RDC), en septembre 2016, des violences entre les forces de l'ordre et les miliciens ont progressivement gagné les provinces voisines du Kasaï-oriental, du Kasaï et de Lomami, et fait plus de 400 morts. Des vidéos ont été récemment diffusées, qui mettent en cause des soldats des Forces armées de la RDC (FARDC) dans un possible massacre, suscitant un vif émoi dans le monde. Les Nations unies et plusieurs pays ont réclamé une enquête internationale, que le gouvernement de Kinshasa a jusqu'à présent refusée.

Poursuivre le programme de partenariat militaire

L'armée belge a dépêché occasionnellement l'un ou l'autre conseiller à Kananga, où se trouve l'École de formation des officiers (EFO) des FARDC - mais aucun ne s'y trouve actuellement, a-t-on précisé jeudi de source militaire.

Interrogé par l'agence Belga, le cabinet du ministre de la Défense, Steven Vandeput (N-VA), a indiqué que la décision de poursuivre le Programme de partenariat militaire (PPM) belgo-congolais avait été prise par le gouvernement.

"La situation au Congo ne changera pas ou ne s'améliorera pas si l'on est absent", a souligné jeudi la porte-parole du ministre, Laurence Mortier.

Source : Belga

cic

Compteur

mod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_counter
mod_vvisit_counterCette Semaine3884
mod_vvisit_counterCe Mois - ci22853
mod_vvisit_counterAu Total1479248


Sur Facebook