Francophonie: l'opposition veut manifester le 12 octobre

udps

L'Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS), le premier parti d'opposition en République démocratique du Congo (RDC), a appelé à une manifestation le 12 octobre, jour d'ouverture du sommet de la Francophonie, du 12 au 14 octobre à Kinshasa.

Le chef de l'UDPS, Etienne Tshisekedi, s'était autoproclamé "président élu" et avait déclaré "nulles" les législatives après les élections contestées du 28 novembre 2011 remportées par le chef de l'Etat réélu Joseph Kabila et les partis qui le soutiennent.

Pour relancer son "combat pour la vérité des urnes", l'UDPS a appelé à une journée "ville morte" le 9 octobre et à une "occupation des rues" le 12 octobre, indique une déclaration du parti reçue lundi par l'AFP.

"Nous allons manifester" sur les principales artères de Kinshasa entre autres parce qu'il n'y a "pas d'interlocuteur" en RDC car "celui qui a été élu ne peut pas exercer le pouvoir", a précisé à l'AFP Me Bruno Mavungu, secrétaire général par intérim de l'UDPS.

Avant, pendant et après les élections, les manifestations de l'opposition ont été systématiquement interdites et dispersées plus ou moins violemment. "A ce stade, je n'ai pas été instruit" d'une interdiction des marches pour le sommet, a déclaré à l'AFP le général Jean de dieu Oleko, chef de la police.

Le 13 octobre, l'UDPS appelle les Congolais à accompagner Etienne Tshisekedi "à la rencontre avec son homologue français" François Hollande, qui doit prononcer un discours le même jour pour l'ouverture du sommet, poursuit la déclaration.

Le président Hollande a annoncé fin août qu'il se rendrait au sommet de Kinshasa mais pour ne pas servir de caution au régime de Joseph Kabila il a promis de "tout dire" et de rencontrer "l'opposition politique, les militants associatifs, la société civile".

"Le message que nous allons livrer à M. Hollande est simplement qu'en République démocratique du Congo le président s'appelle Etienne Tshisekedi. Un grand pays comme le Congo doit avoir un interlocuteur valable", a souligné Me Bruno Mavungu.

L'UDPS avait demandé une délocalisation du sommet pour ne pas "cautionner" les élections. Mais dans sa déclaration, d'un côté elle "se réjouit" de sa tenue, et de l'autre elle la qualifie d'"atteinte grave et flagrante à l'image et aux nobles objectifs" de la Francophonie.

© 2012 AFP

cic

Compteur

mod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_counter
mod_vvisit_counterCette Semaine660
mod_vvisit_counterCe Mois - ci27997
mod_vvisit_counterAu Total2350204


Sur Facebook