SFEN – Changements climatiques et immigrations

 

SFEN - Société Française pour l'Energie Nucléaire. Convention du 5 mars 2015 - Paris © CIC

publié le 19 mars 2015

Des réunions préparatoires ont permis la bonne tenue de la Convention de la Sfen (la Société Française de l’Energie Nucléaire) du jeudi  5 mars 2015 à la Maison de la Chimie à Paris. Nous y étions invités en tant qu'Expert-Ingénieur de Gestion pour une analyse sur l’impact des risques de poussées migratoires comme conséquences des changements climatiques. Alors que les intervenants de tout premier plan, tels les grands patrons d’EDF, d’Areva, de la CEA, de Foratom, NNL, etc., se succédaient pour vanter les mérites d’une réponse nucléaire comme solution à une fourniture en énergie décarbonnée, tel que le GIEC (Le Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat) semble également l’envisager en visant une réduction des émissions de gaz à effet de serre de 40 % d’ici 2030 (60 % en 2060), avec comme objectif de limiter le réchauffement climatique à 2° d’ici la fin du siècle, seuil critique au-delà duquel, selon les scientifiques, nous atteindrons un point de non-retour. En effet, le nucléaire, comme tout le monde le sait, ne dégage pas de CO2 qui contribue au réchauffement climatique tant redouté. Cependant, cette énergie présente de sérieux écueils souvent dénoncés tels l’épineux problème de stockage de ses déchets, et pire, le risque d’un accident nucléaire que Tchernobyl, et plus récemment, Fukushima nous interdisent de balayer d’un revers de la main. Ses détracteurs sont forts nombreux et agissent de façon permanente à sensibiliser pour l’abandon d’une technologie aussi  controversée. L’Allemagne est brillamment sortie du nucléaire, mais les pro-énergies atomiques stigmatisent le fait que cette dernière en est revenue aux centrales thermiques au charbon fort polluantes en émission de gaz à effet de serre. La Sfen qui est un lobby pour plus de nucléaire souligne le fait que la Grande-Bretagne, qui avait également pris ses distances avec cette énergie, a dû se résoudre à y revenir en accueillant sur son sol les centrales nucléaires du français EDF suite à la libéralisation du marché. Sur ce point, responsables Français et Britanniques sont sur la même longueur d’onde pour plus de nucléaire et plus de recherches en ce sens. Les acteurs de la Sfen rappellent que cette énergie est incontournable dans le mix-énergétique de l’Europe, que 72 réacteurs sont à présent en construction dans le monde, y compris en Afrique du Sud, soit 640 GW (l'AIE estime qu'il faudrait 930 GW si nous voulons répondre à la demande croissante d'énergie électrique sur la planète). Alors que sa part en Europe a baissé de 4,9 points par rapport à 2002, passant de 32% à 26,7%. Ce constat a le don d’inquiéter les filières d’exportations que sont les mastodontes français EDF et Areva, voire, Gdf-Suez, évoquant un avantage technologique à ne point négliger mais bien à renforcer pour le rendre plus sûr et plus performant. La Chine en est déjà à 20 réacteurs et 26 sont en construction en partenariat avec EDF entre autres. L’efficacité énergétique que doit atteindre l’Union Européenne exige une stratégie qui implémente un pacte de solidarité énergétique qui peine à voir le jour tant les Etats restent souverains en matière de politique énergétique. L’incohérence entre des politiques qui doivent produire des résultats économiques pour être réélus et les exigences d’une énergie verte fait que le « shortermisme » domine encore les rapports entre les différents acteurs. En clair, il est difficile de regarder tous dans la même direction et en même temps tant il y a conflits d’intérêts. Cette façon de faire a déjà conduit le monde au bord du précipice financier avec la crise des Subprimes de juillet 2007. Tous vivent encore les conséquences sociales d’une telle déflagration. Or c’est bien de cela dont il s’agit. Les risques auxquels nous faisons face exigent de transcender les intérêts égoïstes et immédiats pour s’interroger sur le monde que nous souhaitons léguer à nos enfants. La survie de notre espèce est mise sur la même balance que les returns des spéculateurs sur les marchés financiers du globe. Et pour le moment, le déséquilibre est largement en faveur des chasseurs de profits dans l’heure. C’est dans ce cadre que le Président de Change in Congo (CIC) est intervenu en rappelant que tout ce qui contribue à la crise est plus durement ressenti dans les pays pauvres ou en conflits, et plus particulièrement en Afrique. Ce qui se traduit invariablement en poussées migratoires inéluctables, la poursuite du bonheur étant le propre de l’homme. Qu’il s’agisse de Subprimes ou du réchauffement climatique, un quelconque déséquilibre économique en résulterait comme effet systémique. Les satellites du monde entier nous montrent à quel point les pôles s’amenuisent et notamment le Groenland, à quel point le désert avance dans certaines régions déjà fort défavorisées, à quel point cyclones et tsunami deviennent de plus en plus dévastateurs. Le social de l’Occident pourra-t-il encaisser toute la misère du monde ? Or ceci est la conséquence directe de la gestion du monde par ses grandes puissances. Pourront-elles fuir leurs responsabilités en pratiquant la très confortable politique de l’autruche, en pointant l’autre du doigt comme seul responsable des malheurs sociaux de l’Europe, voire, de l’Occident ? En opposant les uns aux autres ? En prêchant la haine et l’ostracisme ? Combien de temps ce jeu peut-il encore tenir ? Quand tous auront compris que le changement climatique entraîne un coût économique on aura alors atteint l'âge de la sagesse économique. Le nucléaire, bien que sa technologie soit de mieux en mieux maîtrisée, est un terme qui est encore beaucoup trop chargé négativement. Imaginez à la clôture de la Conférence sur le Climat de décembre 2015 (COP 21), François Hollande annonçant au monde que : « nous allons faire plus de nucléaire propre… » Ça la fout mal. Lors du premier panel, Monsieur Totty (voir lien “intervenants“) a déclaré : « people want a safe, affordable and predictable energy [1] ». Il faisait clairement allusion à une énergie verte. Non, mesdames et messieurs, il est temps de mettre en place « Une Autorité Mondiale de l’Energie* » (AME) qui aura pour mission de répertorier toutes les sources d’énergie propre sur la planète et d’orienter la recherche vers elles. Je réfléchis tout haut et je me dis que la terre tourne [une énergie propre et gratuite et donc derrière ce phénomène qu’il nous faut apprivoiser, et plus par la suite (la seule force de l’expansion de l’univers…)] Voilà des nouveaux défis scientifiques à relever [2]. Il suffit juste d’y orienter la recherche que le nucléaire, qui demeure une épée de Damoclès, accapare. Tous les Smart Grids* devront s’y plier. Sans quoi, on va droit dans le mur. Pour encourager ce comportement vertueux il nous faut sans plus tarder fixer un prix mondial du carbone. En effet, vu que les émissions de CO2 réchauffent la planète de façon inquiétante, il faut nécessairement que ceux qui produisent ce gaz à effet de serre paient une taxe qui responsabilise les acteurs par une pénalité coût.  C'est ainsi qu'une bourse du carbone devra voir le jour avec une réforme profonde du marché des quotas de carbone, voire une banque centrale du carbone, une fiscalité adaptée, et des plans de protection économique efficaces à l'avantage des pays engagés dans l'effort d'une économie low carbon. Au cœur de la bataille pour la compétitivité et le climat, ce facteur sera l'arbitre par excellence. Seule l'AME pourra coordonner et contraindre à une telle politique salutaire : pas de vertu sans pouvoir coercitif. Dans ce cadre, un réseau interconnecté mondial sera l’ébauche d’une nouvelle paix mondiale dans la compréhension de la gestion rationnelle du bien commun [3], et le Barrage d'Inga (potentiel de 45 GW d’énergie propre en RDC, dont les réserves en énergie hydro-électrique sont estimées à 100 GW, sans évoquer le gaz auto-régénérant du Lac Kivu) y occupera une place de choix, sinon de pivot central [4]. Quand on se réunit à grands frais pour une Convention de première importance on ne peut pas faire l'économie de l'anticipation des risques. Osons la question qui tue : Quid en cas de prochain accident nucléaire a fortiori s'il survient sur le territoire européen ? Comme pour le Concorde, il est à gager que ce serait l'accident de trop... A moins que la fusion...

« Eppur si muove » disait Galilée…

Oui, et pourtant elle tourne.

 

* L'AME n'est en fait que l'antichambre du Gouvernement Mondial (Gmail)


http://www.sfen.org/fr/le-blog-des-energies/cop-21-quelle-place-pour-le-nucleaire COP 21 (Convention of the parties) de Paris. Interventions de Christian Masset, Secrétaire général du Ministère des Affaires Etrangères et du Développement, et d'autres acteurs majeurs lors de la Convention de la Sfen.

http://fr.amiando.com/convention2015.html?page=1214617 Intervenants.


Joseph Salomon Mbeka

Président CIC



* Le smart grid est une des dénominations d'un réseau de distribution d'électricité « intelligent » qui utilise des technologies informatiques de manière à optimiser la production, la distribution, la consommation et qui a pour objectif d’optimiser l’ensemble des mailles du réseau d'électricité qui va de tous les producteurs à tous les consommateurs1 afin d’améliorer l'efficacité énergétique de l'ensemble. (https://fr.wikipedia.org/wiki/Smart_grid)


[1] Les gens veulent une énergie sûre, abordable et que l’on peut prédire.

[2] The New Frontier

[3] Voir le concept des "Autoroutes de la Paix" du même auteur (publication à venir).

[4] Inga est le site naturel au plus fort potentiel hydroélectrique au monde. C'est donc une richesse infinie et intemporelle pour le Congo qui demande une gestion rationnelle et responsable vu qu'à ce jour il compte 70 millions de propriétaires : le peuple Congolais.

Inga I : 351 MW fonctionnant à 20 %

Inga II : 1400 MW fonctionnant à 20 %

Inga III : 4500 MW à construire

Grand Inga : 39 000 MW à construire

Les 3 barrages développeraient ainsi une puissance totale de 6 275 MW.

En y couplant le Grand Inga, le site fournira à lui seul 45 275 MW ! Inimaginable !

http://fr.wikipedia.org/wiki/Barrage_Inga_III

http://fr.wikipedia.org/wiki/Barrage_Grand_Inga

N.B : Depuis la première Convention sur les Changements Climatiques : le Sommet de la Terre de Rio en 1992, il y a eu 20 Conventions des Parties (20 COP) pour évaluer la mise en pratique des recommandations, et prise de nouveaux engagements. Celle de Paris du 30 novembre au 11 décembre 2015 au Bourget sera la 21è, d'où COP 21: la Conférence des Nations unies sur les changements climatiques. 195 représentants des "parties" viendront avec leurs délégations. Des milliers de personnes sont attendus dont 3000 journalistes. Déjà les associations et partis pro-climat appellent à un rassemblement citoyen sans précédent dans le but de voir se mobiliser 1 million de personnes dans les rues de Paris fin novembre pour envoyer un signal fort aux politiques, dixit Pascal Canfin (ancien ministre au Développement d'Ayrault. Source: Paris Match et Marianne )

18.03.2015 Prolifération : « Nucifer pourra détecter les... Interview de Thierry LASSERRE et David LHUILLIER, chercheurs au CEA sur le projet NUCIFER. Toute l’actualité du blog
SFEN.ORG

 

Lire aussi : VICTOIRE! Le G7 dit adieu aux énergies fossiles!

Voir aussi :

Des bobines d'acier photovoltaïques pour bâtir une toiture, c'est la technologie actuellement mise au point par les chercheurs du CRM (centre de recherches...
RTBF.BE|PAR RTBF INFO

 

JT RTBF / Innovation : Acier photovoltaïque (commercialisation à l'horizon 2020)

sujet à 33 min

CHANGE IN CONGO. L'association Change in Congo/ Nzakomba, en abrégé CIC/NZAKOMBA, plus connue sous la dénomination Change in Congo, est une plate-forme qui regroupe des ressources diverses, Congolaises et autres, à travers...
CHANGEINCONGO.COM

http://changeincongo.com/index.php?option=com_allvideoshare&view=video&slg=revolution-de-la-modernite-rdc-vs-ethiopie&orderby=latest

 

LA SAUVEGARDE DU MONDE SE TROUVE DANS CE SEUL TEXTE

Rédaction

© CIC News jeudi 19 mars 2015

cic

Compteur

mod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_counter
mod_vvisit_counterCette Semaine7466
mod_vvisit_counterCe Mois - ci26623
mod_vvisit_counterAu Total1405858


Sur Facebook